Le verdict est tombé brutal dans sa nudité,  nu dans sa brutalité, c’est un cancer, un de ceux qu’on connaît le moins, un  parmi les plus terrifiants.Courageusement je répliquai dites-moi tout docteur !  Ne prenez pas de gants, heu c’était juste une image, doc.

 

 C’est un cancer de l’humour.

 

J’aurais accepté une tumeur d’un organe officiel, fût-il utile voire indispensable, mais l’humour est le sel de ma soupe, le soleil de mes soirées, le Bobby de ma pointe,le curry de mon filet mignon, bref que serais-je sans toi, rien qu'un... bref.

 Il existe une seule alternative, soit c’est l’ablation totale, soit une ablation partielle. On peut aussi tenter des traitements, mais les effets secondaires peuvent être importants pour vous et les autres.

L’ablation totale est la moins risquée, des gens vivent bien avec un seul rein, d’autres n’ont pas de cervelle, alors vous pouvez bien vivre sans humour, surtout à  l’âge que vous avez et pour le temps qui vous reste à vivre.

Franchement tant que vous avez la santé, et puis pas besoin d’humour pour jouer aux boules, acheter sa baguette de pain et accompagner les vieilles amies vers leur dernière demeure, hein !

 

Heu, docteur, vous pouvez remettre vos gants là !

 

Et l’ablation partielle, pourrais-je continuer mes saillies saillantes, mes reparties fulgurantes, mes traits coruscants ? Hé bien c'est-à-dire, vos saillies deviendront plates comme un paysage brèlien, vos reparties arriveront trop tard, quant à vos traits ils seront à peine reconnaissables.

Vous me parliez de traitements possibles, je garderai alors mon humour ??

Oui, mais vous ne le maîtriserez plus et il va changer, vous l’aimiez noir et sans sucre, il deviendra gris voire gras ou pire melliflu !

Gras et melliflu comme celui de  B. (que l’indécence ne me permet pas de nommer, d’ailleurs B est une lettre d’emprunt afin de ne pas reconnaître C.  )

 

Diantre docteur, vivre sans humour je ne peux, mais sousvivre avec l’humour gros et gras je le puis encore moins !

 

Finalement après âpres négociations, j’ai opté pour un cancer du rein et gardé mon organe essentiel ...

L’humour est sauf.